Immobilier : la Bretagne toujours attractive

Source d’attractivité depuis quelques années, l’immobilier breton est en nette évolution. Si les franciliens se concentrent sur le littoral morbihannais, les bassins rennais et nantais attirent encore beaucoup de locaux, comme le confirme le baromètre immobilier d’avril 2022. 

  • Un territoire accessible 

Bien que les prix des terrains à bâtir aient augmenté notamment sur les littoraux (avec une flambée réelle avérée), l’acquisition de biens reste toutefois encore accessible. Les prix de l’immobilier poursuivent leur hausse sur les côtes ; La flambée des prix sur les côtes bretonnes n’est pas d’aujourd’hui et résulte notamment de l’attractivité d’un littoral peu bétonné, d’un cadre familiale agréable et d’un sentiment de sécurité. 

En effet, les locaux peuvent encore acquérir en Bretagne. Si les marchés immobiliers des villes présentent certes des prix élevés, les prix restent abordables à quelques kilomètres des centres villes et des littoraux.

  • Des idées reçues à nuancer

Le marché de l’immobilier breton n’est pas uniquement le fait des Parisiens. Comme le rappelle les notaires bretons, les acquisitions en Ille-et-Vilaine sont majoritairement le fruit de locaux (59%). De plus, beaucoup de « retours au pays » résulte d’un retour en terre d’origine après un exil temporaire en région francilienne. 

  • Panorama du marché immobilier

Depuis la fin du premier confinement (Covid-19), les transactions ont augmenté dans les différents départements bretons (Côtes-d’Armor, Finistère, Ille-et-Vilaine, Morbihan) et en Loire-Atlantique. Selon le Conseil régional des notaires de la Cour d’appel de Rennes, le volume de vente de logement anciens atteignait une croissance de 13,5% fin 2021 tandis 

Dans la continuité de la croissance des ventes, l’augmentation des prix a également été avérée depuis plus de deux années. En effet, le prix des appartements anciens au m² a augmenté d’environ 17% dans le Finistère et les côtes d’Armor. Trois villes de la région affichent également un prix médian au m² au-delà de 3500 euros. Les prix médians au mètre carré d’autres commune a quant à lui enregistré un taux de croissance de 20% dans certaines localités. 

Si les appartements séduisent, il ne faut pas laisser de côté les maisons. Offrant généralement un cadre de vie agréable, loin du tumulte des agglomérations, une flambée des prix a été constatée particulièrement sur les littoraux côtiers avec une augmentation située entre 14 et 20% en 2021. En effet, le classement des prix des maisons anciennes situées dans les stations balnéaires révèle notamment une augmentation de 18% pour la Baule ou encore 20% à Saint Malo. En Février 2022, ce sont La Trinité sur Mer et Saint Briac qui arrivaient en tête des localités les plus prisées.